Tout ce que vous devez connaître sur la membrane élastomère

La membrane élastomère s’utilise sur les bâtiments industriels, institutionnels et commerciaux à toit plat. Elle nécessite peu d’entretien, surtout si elle est bien installée. En revanche, si vous vous situez dans le nord, une vérification de ce matériau est importante pour garantir la stabilité de votre couverture.

La membrane élastomère est disponible en plusieurs couleurs : brun, rouge, vert, blanc, gris et noir. Elle est composée de deux couches : l’une pour l’installation du revêtement et l’autre pour la finition. Avant d’opter pour ce type de toit, découvrez les variétés existantes, leurs avantages, leurs limites, etc.

Les types de membranes élastomères

La membrane élastomère traditionnelle est un des deux types de membranes élastomères. Elle est composée d’une membrane de bitume modifiée, d’une membrane de finition et de granules colorés. De couleur noire ou blanche, elle assure la protection du toit contre la chaleur du soleil. Sa pose s’effectue avec un chalumeau.

Il y a également la membrane élastomère auto-adhésive qui se pose à froid. Elle limite le risque d’incendie pendant l’installation. Si vous hésitez entre ces deux types de membrane élastomère, prenez contact avec un professionnel comme le GROUPE MONTRÉAL COUVREUR. Peu importe votre choix, profitez des nombreux avantages d’une membrane élastomère.

Les avantages de la membrane élastomère

Une membrane élastomère peut durer jusqu’à 30 ans avec une bonne installation et un bon entretien. Elle résiste aux intempéries et à l’humidité grâce à sa robustesse. Avec une double couche, elle assure une bonne étanchéité à l’eau à votre toit.

Une membrane élastomère offre également un aspect élégant à votre bâtiment et permet de mettre en valeur l’extérieur. Le plus grand avantage de ce matériau est qu’il demande peu d’entretien. Cependant, vous devez aussi connaître ses inconvénients.

Les inconvénients de la membrane élastomère

La membrane élastomère est plus onéreuse que les autres matériaux de revêtement de toit. Dans le cas de la membrane élastomère traditionnelle, les risques d’incendie sont également élevés. Une fois en connaissance de cause, vous êtes décidé à opter pour la membrane élastomère ? Découvrez les différentes étapes de pose.

Les étapes d’installation d’une membrane élastomère

La pose d’une membrane élastomère commence par la mise en place d’échafaudages et de chute à déchets. Pour une toiture à faible pente, pensez à retirer l’ancien revêtement. Passez ensuite par le contrôle du système de ventilation et d’isolation. Si besoin est, réparez les planches et les contreplaqués avant d’installer le pare-feu. Puis, installez une sous-couche avant de poser les drains, les évents, les maximums et la membrane de finition. Avant de terminer par le nettoyage de terrain, enlevez les débris. En optant pour la membrane élastomère, vous devez également connaître le type d’entretien adéquat.

L’entretien de la membrane élastomère

Bien que la membrane élastomère demande peu d’entretien, il vous est quand même recommandé d’inspecter votre toit deux fois par an. Cela consiste à contrôler l’état de la membrane, la présence d’eau, l’état des cheminées et des joints. Le nettoyage régulier de l’intérieur des gouttières et l’enlèvement des feuilles, des mousses et des poussières est également conseillé. Pensez aussi à bien vérifier le système de ventilation de votre toit. Est-il bouché ou non ?

Le prix de la membrane élastomère

L’installation d’une membrane élastomère coûte entre 8 et 13 000 dollars le pied carré. Elle varie selon le degré d’inclinaison, le nombre de pignons, la qualité du matériau, la garantie, la superficie, l’expérience de l’installateur et la qualité de la main d’œuvre. Pour connaître le véritable coût des travaux à entreprendre, demandez plusieurs devis afin de trouver le bon professionnel. Au minimum, comparez trois devis avant de prendre contact avec un quelconque couvreur. Celui-ci assure aussi la pose de toiture en gravier, en asphalte ou de toiture blanche.